No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Milk Teeth: « Vile Child »

Bien qu’ils viennent de Bristol et ne se soient formés qu’il y a environ deux ans, les racines de Milk Teeth sont fermement plantées dans le rock alternatif américain des années 90. Vile Child semble être un résident de la scène grunge, nous offrante douze compositions qu’on pourrait qualifier de « rétro ».

Celles-ci sont tapageuses et plutôt plaisantes, fonctionnant dans le passé, certes, mais lui rendant hommage. Le titre d’ouverture, « Brickwork », annonce d’emblée l’approche viscérale de l’album, en particulier par l’alternance des vocaux assurés par Joshua Bannister et Becky Blomfield, l’effet est dévastateur et il se répète au travers de morceaux comme «  Brain Food » ou « Crow’s Feet ».

Vile Child baigne dans une splendeur que deux décennies ont obscurcie mais leur approche concessions est signe d’un effort qu’on ne peut que saluer.

***

13 mai 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Wild Nothing: « Life of Pause »

Jack Tatum, le leader de Wild Nothing a toujours survolé de ses « collègues » figés dans une dream pop sclérosée. Ses mélodies semblent être composées sans le moindre effort et ses riffs conservent toujours cette accroche qui nous fait appréhender ce troisième album avec contentement et délice. Life of Pause s’accompagne ici d’influences moins codifiées puisqu’il absorbe , qui un peu de Paul Simon, qui un peu de « Philly soul » qui un peu de R&B s’ajoutant au shoegaze habituel auquel on aurait pu s’attendre.

Le résultat est un opus de pop-rock éthérée connotée années 80 sans que doit dénaturée son esthétique originale. Le titre du disque s’accorde très bien avec la jangle pop dont il nous gratifie. Les obsessions musicales de Tatum sont toujours présentes et les humeurs toujours pleines d’émotions et de textures subtilement arrangées. Ainsi se présenteront le groove de « Whenever I » la cascade de nruits sur « Japanese Alice » ou la harmonies cotonneuses de « Love Underneath My Thumb ».

Life of Pause le bien nommé nous incite ainsi au désoeuvrement et à l’inactivité.

***1/2

13 mai 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire