Basia Bulat: « Good Advice »

Il est assez rare de voir un artiste connoté singer/songwriter parfaire sa transition musical en allant dedu folk-rock à la « keyboard pop ». Mais ce changement, cette transcendance pourrait-on dire, que sait opérer Basia Bulat semble faire partie de quelque chose de plus que naturel ; d’un cheminement qui lui était destiné.

Que l’on passe de la guitare, à la harpe mécanique ou au charango, ce petit luth f’origine andine, toutes les instrumentations choisies sur ce quatrième opus s’insère dans notre ouïe avec fluidité et équanimité. Si on ajoute sa voix, éclatante et brillante, emplie de soul et de force, on obtiendra un opus qui lui permet à elle seule de percer le mur du son ici édifié.

Good Advice est, en effet, produit par Jim James (My Morning Jacket) et il montre une chanteuse en pleine affirmation. Le disque est axé sur la notion de rupture, sentimentale ou géographique (de Toronto à Montréal), sur le désir de voir de l’avant, de procéder à diverses occupations. C’est un album très triste, avec de vocaux qui donne la part belle à la tendresse, la vulnérabilité et procurant un immense plaisir d’écoute.

Nous sommes tirés et poussés à hue et à dia sur « Time » ou « Fool » et dans les chorus féminins qui encadrent le disque. Bulat a une rare habileté, celle de chanter simultanément en adoptant deux points de vue, celui de la détresse et celui de la douceur avisée ; c’est une sérieuse candidate à la succession de Eleanor Friedberger et Joan as Policewoman.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s