Wolfmother: « Victorious »

Le « stoner-rock » est un genre qui n’a jamais disparu et il se trouvera toujours des jeunes musiciens avides de fuzz et de jams, de riffs qui tuent et adorateurs de Led Zeppelin.
Wolfmother fait partie de cette « église », un groupe trop pop pour les fans de « metal » et trop bizarre pour prétendre atteindrs les sommets des charts.
Ce quatrième album voit le groupe collaborer avec de musiciens de sessions et persévérer dans un registre qui rend hommage aux premiers cités mais aussi à Uriah Heep et Black Sbbath.

Le combo s’offre pourtant avec succès quelques incursions hors de sa zone de confort avec une approche vers l’indie acoustique (‘Pretty Peggy ») ou un « Baroness » qui va s’infiltrer du côté de chez Lenny Kravitz.
Victorious semble être ainsi un album charnière dans la carrière de Andrew Stockdale ; peut-être que cela représentera une échappée vers le mainstream, ou peut-être aura-t-on la même histoire d’un Wolmother qui demeurera éternellement ce combo trop étrange pour vivre et trop rare pour mourir.
***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s