Tuff Love: « Resort »

Le premier album de Tuff Love était l’exemple parfait des groupes C86, une musique à mi-chemin entre le grunge et la fuzz-pop. Resort emprunte toujours la même voie : percussions primitives, guitare qui s’efforcent de ne pas asséner de coups trop, frénétiques pour laisser à des tonalités plus pétillantes et vocaux lymphatiques de Julie Eisenstein.

Parfois la trace se déroute avec quelques breaks de basse en guise de solos de six cordes ; cela suffira à peine pour nous extraire de la torpeur qui peut saisir à l’écoute d’une musique qui n’a ni rime, ni raison et encore moins direction.

*1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s