No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Nap Eyes: « Whine of the Mystic »

Whine of the Mystic est déjà sorti précédemment mais cette nouvelle édition ajoute des nouvelles compositions qui ne chanfent pourtant pas la nature de sa conception. Les disque a, en effet, été enregistré dans des conditions « live », sur un support analogique et sans overdubs.

C’est une façon d’ancrer l’album dans une sensation de spontanéité, d’une prise faite dans le but de sonner naturel, y compris dans les quelques erreurs qu’on y trouve. Il n’y a pas raison de jeter le discrédit sur cette approche mais de considérer l’artefact comme il a été conçu.

Le résultat en est charmant, avec quelques soupçons de garage pop et de folk et des titres comme « No Man Needs to Care, » « Tribal Thoughts » et « The Night of the First Show » se montrent punchy et effrontés comme la pop se doit de l’être.

Nap Eyes est, toutefois, capable d’évoluer dans un autre registre, comme sur un »Delirium, Persecution Paranoia » ou « No Feel of Hellfire, nous présentant une pop qui se veut diverse et tout sauf figée.

°°°

28 mars 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Maritime: « Magnetic Bodies/Maps of Bones »

Maritime sont comme une relique du premier mouvement où la new vave s’associait à l’ « emo ». Ils continuent, toutefois, à nous présenter un rock « indie » direct sans prétention, certes, mais avec un souci pour la mélodie.

Magnetic Bodies/Maps of Bones s’avère être une collection plaisante de titres pop-rock qui pourraient être parfaits si on voulait partir au hasard sans être contraint par une quelconque destination.

Rien n’est véritablement mémorable mais l’ensemble constitue une avalanche de petites compositions sur lesquelles on peut s’appuyer en toute confiance, « Nothing Is Forgot » par exemple, en étant une bien jolie et mélancolique illustration.

**1/2

28 mars 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Vega INTL. Night School: « Neon Indian »

Voici la dernière production de Alan Palomo avec cet album nommé Neon Indian. Ils ‘agit d’un opus toujours aussi engageant mais avec une plongée vers la claustrophobie liée sans doute à l’installation de notre Texan à Brooklyn. Rythmes et textures visent à nous désorienter, à mettre encore plus le sentiment de confusion que le déménagement vers une nouvelle ville peut inspirer.
Nous sommes ici dans le domaine de l’étrange et du surréaliste, rappelant le After Hours de Scorcese, avec un son aux synthés évocateur des années 80 qui frise le pastiche. On retrouve aussi des influences Toro Y Moi ou Ariel Pink. Si on considère que Palomo apparient au courant de la chillwave, on ne peut qu’apprécier la manière dont il parvient à la rendre plus gaillarde.
***

28 mars 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Someone Still Loves You Boris Yeltsin: « The High Country

Les derniers albums de Someone Still Loves You Boris Yeltsin avaient été marqués par une très nette baisse d’inspiration. Au regard ce ceux-ci la surprise sue nous vaut High Country est d’autant plus bonne.

Avec 11 titres en moins de 27 minutes, le focus est l’énergie et l’efficacité et il est rafraichissant de constater que, en dix années de carrière, ce cinquième opus renoue avec des percussions propulsives des tonalités fuzz en pleine distorsion, des riffs cinglants et des compositions qui ne dsurent jamais trop longtemps pour nous lasser.

Le tout est familier mais fonctionne à merveille ; son approche ramassée est positive dans la mesure où elle est capable de faire quelque chose de vibrant avec du déjà entendu. SSLYBY varient suffisamment les plaisirs, un coup Weezer par ci un coup Beatles par là, pour se réinventer.

On appréciera « Step Brother City », « Song Will » « Full Possession of All Her Powers » ou l’assourdi « Madeline » ; une belle flopée de titres pour ce qui est sans doute le meilleur disque du combo.

***

28 mars 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire