Born Ruffians: « Ruff »

Il n’est jamais recommandé de se prétendre influencé par des « ancêtres » renommés, c’est pourtant ce que font Born Ruffians en citant The Strokes, Talking Heads et les Pixies.

Ruff est clair et honnête de ce point de vue par ses versions de riffs des Strokes qui, eux-mêmes, avaient eu maille à partir avec ceux qui leur reprochaient un manque d’originalité.

On y retrouvera également la art pop sautillante de David Byrne déjà popularisée^par Vampire Weekend mais Born Ruffians n’hésitent par à revendiquer ce qui es fait vibrer, ce qui est, quelque part honorable.

Cela suffit-il ? Disons qu’ils n’apportent rien de plus et que Ruff est juste un disque aiguisé et durci à une genre qui en a besoin. Le vocaliste Luke LaLonde est à la fois plein de cœur et d’esprit ; cela provoque un résultat louable pour ses efforts mais moyennement concluant pour sa réalisation.

**1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s