Kurt Vile: « b’lieve I’m going down »

Ce nouvel album est sans doute le point de rencontre naturel entre le sinistre Smoke Ring For My Halo et le plus robuste Walking On A Pretty Daze. b’lieve I’m going down nous fait en effet découvrir Kurt Vile dans un état de langueur particulier où il nous délivre lentement des vérités toutes simples ornées de confessions et de vœux pieux dont on ne peut que souhaiter la réalisation.

Ce format nous est familier et impérieux et il sonne comme un testament délivré sur plus d’une heure abordant ce en quoi l’art est, par essence, malléable et donc soumis aux diverses humeurs de son auteur.

Ainsi, « Pretty Pimping » est un bel exemple de fausse piste musicale, un clin d’oeil facétieux remplacé très vite par les ruminations maussades auxquelles on se serait attendu de par le titre du disque.

« Bad Omen » est pourtant étonnamment guilleret alors que « Tha’s Life » est presque une ode à l’acceptation des choses. Ce sont sur ces déviations mineures, en particulier une utilisation imaginative du piano que l’album va ainsi trouver matière à prospérer.

Dans son ensemble ou dans ses détails les plus minutieux, Kurt Vile continue d’épaissir une palette qui trouve joie dans la mélancolie et une certaine exaltation où Lou Reed et Todd Rundgren continueraient à s’assembler.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s