Weeknd: « Beauty Behind The Madness »

Il y a toujours eu une ligne floue entre la notion d’échappée et celle d’engourdissement dans ma musique de Weednd. Son R&B misanthrope fait une fixette sur une vie festive alimentée par les stupéfiants et ce troisième album cotinue de s’y complaire toit à s’essayant à quelques petites variantes.

Ses compositions très axées sexe commençaient à avoir un goût de redite depuis 2013 aussi le chanteur de Toronto a ajouté des structures plus pop à des climats puisant abondamment dans la pop des années 80, « Can’t Feel My Face ») mais il s’est efforcé de nous livrer des détails plus autobiographiques sur sa « persona ».

Cette addiction à ce style de vie sera la plus représentative sur « Prisoner » un duo avec Lana Del Rey (« I’m a prisoner to my addiction ») le tout sera interprété de façon neutre comme pour amplifier la banalité de ses thématiques.

Sa stratégie plus pop rend néanmoins plus positive cette approche vlasée ce qui lui permet de sonner moins prétentieux et plus ouvert que ce à quoi on aurait pu s’attendre.

**1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s