Foals: « London Thunder »

La chanson titre de What Went Down ne cache en rien les intentions de ce quatrième album de Foals. Voilà un disque qui bruisse de causticité grâce à un jeu de guitare sont la complexité lui donne une tonalité où l’interactivité instrumentale est foudroyante (« Birch Tree » ou « Night Swimmers » par exemple) mais partout ailleurs le disque est nourri par une intensité aux rayons menaçants.

La férocité qui explose en bouillon derrière les chorus éructés de Yannis Philippakis sur « In The Mountain At My Gates » sont emblématiques tant on y perçoit la percussion de batterie et un fuzz niché dans la stratosphère.

Ici il est question non seulement de punch mais de véhémence libidineuse en terrifiant feedback comme sur « A Knife In The Ocean » d’anthologie. Ainsi avance les vagues de six cordes ; épiques et implacables ; Foals ne se veut pas incisif mais il avance plutôt toujours vers ces climats insidieux et glaçants pour nous emmener dans une plongée bienvenue vers les abysses.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s