Spector « Moth Boys »

Depuis la sortie de leur premier album, « Enjoy It While It Lasts », un certain nombre de choses a changé pour Spector. Ils s’étaient auto-proclamés champions de l’indie grandiloquent mais ils avaient très vite compris que c’était la direction à laquelle ils étaient destinés. Le départ de leur guitariste Christopher Burman les vit changer de priorités musicales et d’essayer de se remettre sur pieds.

Le résultat parle de lui-même. Avec une série de petites vignettes évoquant la vie moderne avec toutes petites ironies et ses idiosyncrasies, l’album véhicule un climat de tragédie aérienne assez intéressant. Demeurent quelques instants ampoulés, le funk délicieux de « Cocktail Party » ou le chorus haut perché de « Bad Boyfriend » mais ils sont contrebalancés par un sens complexe du détail.

La synth pop glorieuse ,elle même, véhicule climats sordides et les hymnes pop en technicolor deviennent alors poignants et bien loin du glorieux. Ce disque est plein d’esprit et de subtilité dans les nuances qu’il conjugue, c’est de la pop parfaite délicatement sombre comme il sied qu’elle le soit.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s