The Fratellis: « Eyes Wide Tongue Tied »

On trouve sur  Eyes Wide Tongue Tied quelques passages où le plaisir ressort à l’état brut, pas suffisamment toutefois pour être convaincu que cette réunion des Fratellis valait véritablement le coup. Les attractions principales se situent sur de piètres compositions, « Me And The Devil » ouvre l’album avec un goût certain avec un riff au piano dont la cadence est irrésistible.

C’est, certes, agréable mais on ne peut s’empêcher de trouver que cette gaieté est quelque peu forcée tout comme la charme « country pop » de « Impostors », trop accrocheur pour être honnête. On est, en fait, en face d’un refrain haché qui essaie vainement de capter notre attention, telle une oeillade furtive et peu crédible.

Le groupe n’est d’ailleurs pas dupe puisqu’il insiste sur l’image du masque que chacun porte à tour de rôle et cette mascarade assumée va toucher le fond à mesure que l’album progresse. À sauver, une certaine connaissance de la pop sur « Thief » ou « Dogtown ».

Le reste sonnera, tristement, comme une formule qui tourne à vide.

**

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s