Palehound: « Dry Food »

Élévée à Boston, Ellen Kempner, ou Palehound, entame son « debut album », Dry Food, sur une tonalité de guitare brinquebalante à l’exemple des deux premiers titres « Molly » et surtout un déjanté « Healthier Folk ». Elle accompagne cela d’une imagerie qui va avec (« Too stoned to take an antibiotic ») et qui immédiatement exige qu’on y prête attention.

Il n’est en effet question que de dents serrées, de cicatrices dans le cerveau, le tout accompagné d’un groove qui semble tellement dénué d’effort qu’il nous apparaît comme une chose allant de soi. »Cinnamon » évoque un groove spectral et tout le climat de Dry Food naviguera dans ces eaux nocturnes et oniriques.

« Dixie » est si doux qu’il résonne avec intensité et force et « Cushioned Caging » sera un clair-obscur digne des heures les plus tardives. Tout est ici douloureux et interne mais tout parvient à faire briller une lueur qui nous éclaire vers un chemin.

Kempner manie le doux et le tendu avec maestria, l’introspectif en est sa pierre angulaire ; c’est le seuil commun qui nous fait naviguer au sein du trouble intime et du gothique.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s