Richard Fairhurst & John Taylor: « Duets »

Ce duo entre un pianiste en phase de percer et son mentor s’annonçait prometteur puisqu’il nous offrait la possibilité d’entendre une des voix les plus influentes dans le jazz, sans surprises, nous sommes en Europe enregistrer pour la première fois avec deux pianos.

Les évènements ne l’ont pas permis et Duets ne sera pas plus qu’un album sans suites puisque un des membres de ce qui restera le seul disque gravé avec la participation de deux pianos, le grand John Taylor, passa sa vie à trépas voilà quelques semaines.

Cet opus est un dialogue énoncé avec douceur et civilité entre deux musiciens talentueux, le maître et son protégé, et représente toute ce qu’on aurait pu espérer d’une telle entreprise. Il est réfléchi et explorateur, espiègle dans la manière dont il nous délivre des clins d’oeil à ceux qui leur ont apporté de telles influences à ceux qui leur ont apporté inspiration ; Bille Evans et le trompettiste Kenny Wheeler, lui aussi décédé.

On pourrait rédiger une épitaphe, il suffit plutôt laisser la musique parler d’elle-même.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s