La Luz: « Weirdo Shrine »

Weirdo Shrine, le dernier album de La Luz, est une pierre dans le jardin du surf rock classique, une jet qui assombrit et va venir nous hanter grâce aux vocaux fantomatiques de Shana Cleveland. Il tire aussi profit de la production et de la prise de son de celui qui est devenu le favori de tout roker, Ty Seagall.

Avec son aide, La Luz parvient à capturer l’énergie de ses shows « live » et tremper le tout dans sa poésie sombre et une bonne petite touche de fuzz.

Les harmonies vocales sont si parfaites qu’elles semblent iréelles, apparaissant et disparaissant des passages instrumentaux de manière féérique.

Les solos de guitares de Cleveland sont souvent sauvages mais parvenant toujours à ne pas se disloquer et, à d’autres moments, son travail sur la six cordes plein de grâce, cohabite harmonieusement avec la distorsion complémentant les vibrations sombres de l’album (un « I’ll Be True » qui peut se vanter d’une impressionnante partie de claviers.)

Sur Weirdo Shrine La Luz a pris à cœur de se faire encore plus bizarre, et il est parvenu à créer une empreinte sombre dans son surf.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s