The Maccabees: « Marks to Prove It »

Il y a plus d’une décennie, pleins de verve aux corps et et d’exubérance en dans la tête, The Maccabees ont surgi sur la scène indie avec « Latchmere », une ode post punk théâtrale dédiée au charme d’une piscine du sud-ouest de Londres et à sa machine à faire des vagues. Plus de 10 ans après, le quintette est toujours inspiré par la vie dans les grandes villes mais il y a basculé son regard dans d’autres endroits londoniens.

Marks to Prove It est, tout comme son prédécesseur datant de ce temps si écoulé, demeure indéniablement un écho, celui du bruit de la vie urbaine mais, à l’inverse de leur tout premier opus, celui-ci est totalement ouvert et ne s’embarrasse pas de faux-semblants.

Les années écoulées entretemps ont vu Orlando Weeks et compagnie passer du statut de college group tout justs bon à réaliser d’honnêtes bands-son à un combo loué universellement et nominé aux Mercury Awards dans la section rock. Sur Marks to Prove It, The Maccabess sonnent pourtant comme un groupe ayant fait le tour des choses. Sur Given to the Wild (2012), le combo semblait dépassé par la hauteur de ses ambitions et de l’atmosphère qu’il souhaitait véhiculer, mais, sur la chanson titre qui ouvre ce nouvel opus, ils semblent se délecter du charme un peu crapuleux qui acoompagnait le rock indie de jadis. Ce qui fait étincelle à cette démarche est l’aplomb qui la caractérise, avec une à composition faite de « power chords » et d’une guitare solo aux attaques angulaires avant que, brusquement, elle décide de s’adonner à un chorus plein de gaité et de morgue.

Néanmoins, sous des dehors tempêtueux, est nichée une climat plus feutré et introspectif : «  Over the summer, a lot changed / and they all changed to keep up with it / Too complicated / Too complex to talk to anybody » ; notion de ce qui change et qui s’avère top compliqué à expliquer ou appréhender. C’est celui-ci qui contrebalance et permet à The Maccabees de trouvers un équilibre entre ces deux dispositions.

« Kamakura » nous montre le groupe s’attaquer directement sur ce qu’il vait un tant soit peu mis de côté dans Given to the Wild : une basse qui envoie des frissons une guitare à la caresse qui vise la fleur de peau et des atmosphères qui évoquent aisni ces climats de fatigue et de menace tels qu’on pourrait les ressentir à trois heures du matin alors qu’on est de retour vers chez soi. On se snt imprégné de ce que les routes vides et noires nous inspirent et, ce de point de vue, Marks to Prove It, est un disque où la violence et le danger semble perpétuellement au bord de la saillie. « Ribbon Road » tout comme « River Song » en sont deux autres exemples, le premier avec un tumulte léger mais qui vous fait tourner la tête et claquer les dents tant la tension est merveilleusement façonnée, le deuxième par sa ligne de saxophone dérangée et diabolique qui marque la composition avec une précision toute militaire. Weeks peut alors scruter les abysses et hurler : « You’re not getting any younger / Soldier on for another year/ Truth is we’ve all done the same », on ne peut que croire que, effectivement, nous ne rajeunissons pas et que nous nous enfermons dans la routine quoi que nous fassions. Ici constat est fait que l’époque des baisers enchantés et des premières amours enfantines est révolue.

Avec Marks to Prove It, The Maccabees sont parvenus à créer un disque à l’intimité courageuse et graveleuse. On y trouve des moments d’étonnante beauté (les cuivres et les vocaux éthérés de « Dawn Chorus » par exemple, mais la véritable intimité est faite de réels rapprochements, de ceux qui existent malgré les défauts ; de ce point de vue ce que le combo délivre ici le parfait ingrédient pour que cet album soit, potentiellement, une balise qui éclairera sa carrière.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s