No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Eleventh Dream Day: « Works For Tomorrow »

Treizième album pour ces vétérans de la scène indie mais doit-on reprocher à un groupe de 35 ans de continuer à être aussi bons ? Voilà un disque se hérisse de légèreté et d’idées et ils montrent que leur rock alternatif a su évoluer et garder de sa pertinence comme sur le titre d’ouverture, « Vanishing Point », qui pourrait en remontrer aux garnements de Parquet Courts.

Le combo comporte désormais cinq membres et le son des guitares n’en est que plus plein et excitant même si on pourra déplorer un « Snowblind » qui louche un peu trop du côté de Grace Slick. Pour le reste « Cheap Gasoline » et la chanson titre sont excellents et font ce qu’ils ont toujours su faire. En conclusion Works For Tomorrow reprend le travail là où il l’a laissé ; dans l’excellence.

***1/2

26 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Ashley Monroe: « The Blade »

Il existe toute une pléthore de musiciennes qui on renouvelé la country mainstream en portant leur focus sur ses racines et en s’efforçant de la nourrir de textes plus ptofonds qu’à l’origine.

Après Like A Rose, ce deuxième album de Ashley Monroe prouve qu’elle est capable de générer des melodies variées et néanmoins une musique qui soit honnête. Elle est aidée pour cela par une voix bien cadencée mais c’est avant tout son écriture farouche et indépendante qui la rend si différente avec sa peinture de personnages vivaces et forts un répertoire qui va du bluegrass à des tonalités plus contemporaines.
spotify:track:7cE7GMOD72jpRFvo6xO4sm

La chanson titre s’empare de la tradition sonique au moyen d’un violon, elle s’en échappe sur « Sixie » ou le honlie-tonk nostalgique de « If The Devil Don’t Want Me » et le merveilleusement léger « Wildflowers ».

On pourrait apparenter Monroe à Dolly Parton ; elle reprend sa vivacité et son excentricité et aux côtés de Angaleena Presley elle revivifie une country qui sort enfin de son moule conventionnel.

26 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Elenie Mandell: « Dark Lights Up »

Après un « debut album », Wishbone, unanimement encensé en 1999 cette singer:songwriter de Los Angeles a sorti des disques de manière très prolifique ce qui coïncidait avec son refus de faire le même disque à chaque fois. Sn itinéraire musical est fascinant ; rock, pop, country folk, jazz et même cabaret. Dark Lights Up son dixième opus partage le même éclectisme et le débuter sur un titre comme « Im Old Fashioned » en est révélateur.

Pour la première fois, l’artiste s’auto produit et c’est sans doute sa patte personnelle qui permet à l’album de ne pas sembler s’éparpiller au milieu de tous ces différents registres abordés. Pour cela elle a utilisé des arrangements clairsemées et clean, de type country.

Sa voix est souple, bien mixée et sous tendue par une instrumentation subtile et discrète (guitare, contrebasse, piano, batterie, trompette et bugle. Son duo mixte sur « Baby Don’t Call » est charmant alors que le plupart des climats vont du mélancolique (« Someone To Love Like You » et « China Garden Buffet ») au facétieux (« I’m Old Fashioned ») et au désinvolte (« Cold Snap » ou « If You Wanna Get Kissed »).

Ce mix méritera attention et il la retiendra sans peine.

***

26 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire