No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Kasey Chambers: « Bittersweet »

Kasey Chambers occupe une position privilégiée ; chanteuse à succès mais également artiste ayant gagné le respect de ses pairs pour son intégrité.

Bittersweet est son premier album depuis sa séparation avec son mari Shane Nicholson en 2O12. On la retrouve ici un répertoire garni de références bibliques sans sacrifier pour autant l’émotivité, le sens de la mélodie et les racines country qu’elle a toujours su déployer.

Ce sixième opus meilleure part à la fraîcheur et à une musicalité plus large dans la construction des morceaux. Ainsi « Hell Of A Way To Go » fait immanquablement penser à Stevie Nicks avec son groove sinueux, « Stalker » sera un bluegrass rock contemplatif dans la veine de Little Bastards alors que « House On A Hill » aura une orientation plus traditionnelle dans sa métaphore entre une relation qui s’écroule en parallèle à une maison.

La chanson titre, un duo avec Bernard Fanning, évoquera, elle, un climat à la Neil Young, parfaitement « interprété » ; le tout fera de ce nouvel opus une collection de chansons solides dans lesquelles on ne pourra que regretter que la force vocale de Chambers ne soit pas poussée à son plus haut.

***

24 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Field Music: « Music for « Drifters » »

S’il y a bien un groupe qui peut entreprendre le défi d’écrire la musique d’un documentaire muet de 1929 et évoquant les expéditions de pêcheurs des Îles Shetland dans la Mer du Nord, c’est bien Field Music qui est en mesure de le faire.

Les deux frères de Sunderland, David et Peter Brewis, sont les architectes de ce qui se fait de mieux dans le art-rock mélodique et, même si la bande son de Drifters de John Grierson, se retient d’utiliser leurs idiosyncrasies les plus anti-conventionnelles, ces instrumentaux, construits autour de la guitare, de percussions au shuffle traînant, de piano et d’orgue tissent une toile dont le flair et l’inspiration sont les qualités principales.

« Village » et « Destroyers of the Deep » font ainsi montre d’espièglerie et d’entrain et ils surprendront les fans de Field Music plus habitués à des compositions de la trempe de « Hauling » ou « The Storm Gathers »

Regarder le film tout en écoutant le disque serait probablement plus « parlant » mais, même son composant visuel, le résultat demeure captivant.

***1/2

24 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Gwenno: « Y Dydd Olaf »

Y Dydd Olaf est le premier album solo de Gwenno, ex-membre des Gallois de The Pipettes un groupe avec qui elle avait connu un certain succès. Ici elle s’attaque à bien autre chose, un disque chanté principalement dans sa langue natale qui a pour ambition de délivrer ce qui fait frémir beaucoup de personnes, un « concept album ».

Ici, l’affaire est beaucoup moins ludique et plus politique puisqu’il s’agit d’une dystopie dans laquelle les robots ont pris le pouvoir. Tous les éléments étaient donc là pour que l’opus soit peu accessible mais aussi puisse souffrir de cette musique ampoulée qui aurait rappelé par exemple Tales From Topographic Oceans de Yes.

Si comparaison il doit y avoir ce devra pourtant être avec Mwng des Super Furry Animal, lui aussi chanté en Gallois. Le disque est subtil, construit de manière extrêmement complexe en termes d’arrangements et le message est véhiculé avec une telle passion, Y Dydd Olaf signifie Le Dernier Jour, qu’on n’a pas besoin de comprendre la langue pour s’en sentir investi et que certains titres comme « Chwyldro » (Révolution) bénéficient d’arrangements si subtils que jamais un slogan politique n’a pu sonner aussi fluide.

Musicalement l’electropop de Gwenno se rapproche des rythmiques de Kraftwerk période Autobahn,  y greffera des synthés amples et omniprésents sans être envahissants et, au total, Y Dydd Ola mêlera exaltation, colère et mélancolie avec une si belle démonstration qu’on ne sera pas loin de se réconcilier avec le concept et la richesse d’interprétation d’un album chanté dans un langage qu’on ne comprend pas mais dont on perçoit, néanmoins, la ferveur insurrectionnelle.

***

24 juillet 2015 Posted by | Quickies | | Laisser un commentaire