No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Heather Woods Broderick: « Glider »

Heather Woods Broderick sort enfin du bois sur son deuxième album.Mais celle qui est avant tout connue pour ses backing vocals au service de Laura Gibson et Sharon Van Etten le fait avec une discrétion qui est preuve de confiance.

Ses compositions sont parfaitement agencées, calmes mais puissantes et dans lesquelles ont sent intelligence mais aussi sensibilité. Le terrain exploré varie peu mais son atmosphère est dense et, par moments, délicate et clairsemée.

Tout est, ici, à base de piano ; option logique pour que ce type de pop marche main dans la main avec cette qualification de « ambient folk » que des titres comme « Fall Hard ». représentent à merveille.

Broderick a le chic pour s’emparer des clichés les plus saturés et en faire quelque chose de différent grâce à un art de la composition méticuleux. Tout est ainsi parfaitement calibré, la pluie d’harmonies vocales, les crescendos anthémiques qui nous captivent à l’image de « A Call For Distance » ou enfin « Wyoming » dans lequel elle démontre sa maîtrise complète d’un rock charpenté sans pour autant perdre de sa civilité.

Glider nous fait en vouloir plus et très vite !

****

18 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Rachel Sermanni: « Tied to the Moon »

La chanteuse écossaise Rachel Sermanni avait exploré d’assez belle manière les facettes apaisantes que la musique folk pouvait diffuser sur son premier opus, Under Mountains.

Sur ce nouvel album, Tied to the Moon, elle ne s’éloigne pas totalement de ce climat mais a décider de lui apporter un côté plus rock, voire même quelque peu grungy. Cela est on ne peut plus évident dès l’entame avec un « Run » au son âpre tout comme sur le « single » « Tractor », le titre le plus enlevé de l’album et qui, lui aussi, véhicule la même atmosphère.

Les moments les plus beaux et fascinants sont néanmoins ceux où Sermanni laisse les choses dans un état minimaliste comme sur « Ferryman » ou quand elle parvient à conjuguer délice et noirceur dans un « I’ve Got A Girl »qu’on imaginerait volontiers interprété dans un club de blues enfumé.

Sermanni est, en outre, dotée d’une fort belle voix, dont l’efficacité est évidente quel que soit le genre abordé ; pour un fan de rock Tied to the Moon sera par instants soporifique il n’en demeure pas moins que le contraste qu’elle établit entre les deux registres est une approche intéressante qu’il convient de poursuivre.

***

18 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire