No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

ZTV: « Calling Out »

Le « debut album » de ZTV, Calling Out, s’écoute comme un jour au soleil. Il dégage sensation de chaleur, des vocaux rappelant ceux de Ray Davies, des mélodies qui s’incrustent aux oreilles un peu comme une brise passant au-dessus du corps.

Comparer ZTV aux Kinks est un évidence mais aux Kinks plus doux de style « Stop Your Sobbing ».

Les titres sont immédiats, parfois dans un style bop (« Pretty Torn Up », « The Light ») et surtout ce sont des morceaux auxquels on peut s’identifier (« Hard To Believe », « Everything Is Changing »). Les textes sont malins comme sur « Blue Buzz » («  Loneliness will make you age faster than you want to ») même si ZTV ne ‘s’éloignent pas de thèmes classiques.

Parfois l’humeur est plutôt sombre mais tout est à déguster tant chaque composition se déroule selon un flux harmonieux.

Voilà un excellent premier album, excitant à entendre et surtout à anticiper.

15 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Owl City: « Mobile Orchestra »

Adam Young est l’homme derrière Owl City et on ne peut pas dire que ce cinquième album, même si il sera un énorme succès, marquera d’une pierre blanche la musique électronique.

Mobile Orchestra n’a de mobile que le titre et ne nous enflamme en aucune manière comme le ferait un orchestre. Le répertoire est terne et déstructuré et les pincettes de country pop et de soft rock qui l’assaisonnent ne relèvent en aucun cas la plat.

Si on était indulgent on pourrait y discerner des similitudes avec The Postal Services (« Bird With A Broken Wing) mais cela n’empêche pas le disque de verser dans une musique aseptisée et à cours de respiration.

Young s’emploie à délivrer un album intime malheureusement cet effort s’avère plutôt mièvre qu’autre chose. On pourrait presque parler ici de « mainstream electro » chose qui, et c’est tout dire, ne serait pas faire déshonneur au mainstream.

**

15 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

The Chemical Brothers: « Born In The Echoes »

Des Chemical Brothers on sait à quoi s’attendre, un peu comme un train qui, à intervalles plus ou moins réguliers, reconstitue un trajet préétabli. Born In The Echoes est leur huitième opus et il suit la bande originale de Hanna et un disque « live » Don’t Think.
On aurait beau jeu de gloser sur ce qu’un tel titre pouvait signifier mais ici le duo semble voiloir s’extirper d’une formule (le falsetto sur les titres « rave ») et la collaboration de Annie Carke (St. Vicent) redonnant lustre et crédibilité aux frangins (« Under Neon Lights »).

On notera la particpation de Cate Le Bon dont on ne peut que se réjouir sur la chanson titre et une autre, tout aussi intéressante, de Beck sur un final à rendre béat : « Wide Open ».

Les O-Tips, eux, interviennent sur « Go » et là on se dit que notre duo s’est bien mal emmanché ; heureusement le coup de génie qu’est l’apparition de Back rattrapera un tout qui est de plus en plus la même antienne et de moins en moins quelque chose de différent.

**

15 juillet 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire