Trembling Bells: « The Sovereign Self »

Avec un titre d’ouverture aussi vibrant et tourmenté que « ’Tween the Womb and The Tomb » servi par les vocaux cathartiques de Lavinia Blackwall qui semble mettre à nu une âme pour se réapproprier son être, on a une parfaite adéquation entre le fond, la quête existentielle, et la forme, une basse lourde et des grooves de guitares. Il faudra bien ces longues huit minutes conduites par du « delay » et de la distortion pour que l’on soit immergé dans cette expérience où se mêlent constructions énormes et jachères instrumentales, mélopées, improvisations, riffs crasseux et grincements de claviers.

Trois ans après leurs premières manifestations, Trembling Bells sont de retour sous la même forme acide« Killing Time in London Fields’ » arborera un riff incessant à une guitare électrique en pleine improvisation et l’énergie déployée semble inébranlable. The Sovereign Self demeurera trempé dans ce mélange de verdeur et de recherche d’originalité comme si il était important de maintenir la tension avec constance. Chose parfaitement maîtrisée pour qui appréciera la démarche.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s