Sorority Noise: « Joy, Departed »

Joy, Departed est le second album de Sorority Noise et, si de départ il est question, ça n’est pas que par rapport à une joie quelconque mais plutôt en regard de la « vibe » caustique qui entourait leur premier effort, Forgettable.

Ici le registre est plus emo et se caractérise par des tempos plus lents. On comprendra cette évolution si on sait que le chanteur du combo, Cameron Boucher, est en proie à une profonde dépression dont il a fait le thème central de Joy, Departed.



Les textes tournent, en majeure partie, autour du désespoir et Boucher met les chose à plat dans l’espoir d’un soulagement en s’entourant d’un accompagnement de ce calme qui n’a rien à voir avec la sérénité.

Les guitares sont douces et symphoniques comme pour accompagner un désir de remontée mentale chose qui se vérifera dans la deuxième partie du disque qui affiche un son plus pop. On retiendra « Art School Wannabe » et « Mononokay » qui sont des titres propres à nous engager et on se dira que parfois les bonnes intentions parviennent à faire un album qui ne tombe pas dans le narcissisme et l’auto-flagellation.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s