Creepoid: « Cemetery Highrise Slum »

Considérer Cemetery Highrise Slum de Creepoid comme un hommage au rock alternatif des années 90 ne serait pas rendre service au combo. Certes les fantômes de Mazzy Starr ou Nirvana sont comme en lévitation sur l’album mais celui-ci se distingue plus dans sa façon d’explorer les nuances entre l’ombre et la lumière plutôt que de nous en servir une nouvelle imitation.

Les vocaux masculin/féminin sont couplés avec des moments de délicatesse et de lourdeur pour faire du disque un plaisir d’écoute. « Tell The Man » sonne comme du Nirvana jouée à la mauvaise vitesse et Sean Miller incarne à merveille le phrasé de Kurt Cobain et « Worthless and Pure » nous entraîne dans des climats de pur onirisme avant de nous ramener sur terre.

Tout dans Cemetery Highrise Slum parvient à invoquer une atmosphère funéraire constellée d’un feedback qui sert de conclusion, provisoire assurément tant il est évident que ce quatuor de Philadelphie est capable de concilier émotion et beauté sonique.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s