Alpine: « Yuck »

Pour son deuxième album, ce sextuor de Melbourne s’éloigne peu à peu de l’indie pour donner à sa pop encore un peu décalée ses lettres de noblesse. Nous ne sommes pas (encore?) dans le registre du commercial façon Rihanna mais il est évident que en incorporant des éléments R&B et des beats electro Yuck nous prépare à une évolution prévisible.

Le son est sexy et voilé, les textes culottés et provocateurs débordants qu’ils sont de références au désir et à l’attirance des sens. Nous sommes en face d’un opus narcissique et se regardant le nombril y compris dans les doutes de soi figurent dans le registre de ceux abordant la vingtaine d’années.


Dichotomie entre monologues intérieurs et entrain juvénile, entre ces jams nocturnes (« Come On ») et ses « singles » confectionnés pour la radio (« Foolish », Crunches ») et ce ne seront pas leurs efforts les plus expérimentaux (les vocaux façon Björk sur « Jellyfish ») qu’ils nous enthousiasmeront en nous proposant quelque chose de novateur.

Ils ont fait de la « pop » un mot acceptable mais nous ne parlons certainement plus de la même chose.

**1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s