Christopher Paul Stelling: « Labor Against Waste »

Il est malaisé d'être à la fois chanteur, guitariste et de faire son chemin. C'est pourquoi on ne pourra qu'apprécier le jeu en « finger picking », les textes et les compositions de Christopher Paul Stelling.

Si on ajoute une voix « habitée », voire hypnotique et un timbre on ne peut qu'être séduit par son répertoire qui conjugue folk-pop et rusticité.

Tout dans Labor Against Waste est affaire d'équilibre. On oscille entre confession et dramatisation, esprit d'une personne qui erre sans cesse au travers de son pays, bref un « road album » qui donne la sensation que chaque composition est joué « live » dans un endroit différent.

Il faut dire que telle a été la formation musicale de Stelling et qu'il lui est difficile de compter les soirées passées sur la route sur scène avec sa guitare. De ce point de vue il reprend la tradition du genre nourrie d'une vision de monde qui est le fruit de ses dérives.

Bref, avec sa voix de baryton, on ne pourra que penser aux troubadours classiques de la veine de Steve Earle et aux bluesmen légendaires comme Skip James et voir en cet album le début d'une histoire qui, sans doute, en appellera d'autres.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s