Of Monsters & Men: « Beneath The Skin »

Beneath The Skin comme le suggère son titre est une affaire bien plus sombre que son prédécesseur très pop. Il est produit par Rich Costey (Sigur Rós, Frank Turner, Muse) signe quele combo folk pop islandais semble avoir remplacé ses tendances enlevées par un sérieux introspectif qui incline à nous plonger dans un univers de récession et, parfois même, de morbidité.

Les instruments se sont électrifiés et les compositions complexifiées. Plus de nonchalance ici mais des crescendos tempétueux qui accentuent mélodrame et théâtralité. On a comme une recherche de solennité très « stadium rock » et on ne peut s’empêcher de voir dans « Organ », la seule plage acoustique et calme, comme un alibi à cette nouvelle emphase. Elle sert aussi de révélateur cruel en nous montrant en quoi un combo n’a pas besoin d’effervescence bruitiste pour atteindre la sincérité.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s