No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Regal Degal: « Not Now »

Pour leur deuxième album, Regal Degal ont travaillé avec le producteur de Grizzly Bear Chris Taylor pour délivrer un album qui sonne aussi pop que possible. Les premiers enregistrements du groupe étaient expérimentaux mais le fait de s’être installés brièvement à Los Angeles a résulté en un son de plus en plus accessible avec Veritable Who’s Who puis, aujourd’hui, Not Now.

Le disque continue à nous proposer des textures raffinées et ensoleillées aux légers échos psychédéliques, des vocaux prononcés et clairs teintés d’effets trippy. Regal Degal demeurent influencée par l’indie pop dansante des 80’s ou le post punk de groupe comme Orange Juice par exemple sur « Sit Like a Chair ».

Not Now se veut un disque positif qui n’est néanmoins pas étranger aux dramatisations sous-jacentes de textes sombres comme sur « Ruining My LIfe » ou « Pyramid Bricks » qui passe progressivement d’un climat joyeux à une atmosphère plus lourde.

Regal Degal sont parvenus à créer ici un album peuplé de titres accrocheurs et d’une production inspirée ; il faudra passer outre sa mélancolie pour ne pas le considérer comme un « downer ».

***1/2

1 juin 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Ash: « Kablammo ! « 

Kablammo! est le premier album de Ash depuis Twilight of the Innocents en 2007. À l’inverse de beaucoup des groupes qui ont marqué la Britpop, le trio irlandais s’en différenciait par une approche « bad boy » plus rude qui contrastait avec des textes sentimentaux et des mélodies rêveuses.

Ainsi parvenaient-il à créer des champs de force où le shoegaze se mêlait au galactique et où les dynamiques spacey qu’il mettait en place résultaient en quelque chose de férocement combustible.

Malheureusement, comme tout combo fortement connoté, Ash a très vite été atteint par une limite d’âge qui lui a ôté beaucoup de sa pertinence. Le hiatus entre ce nouvel opus et le précédent en est le signe et ce qu’on y trouve a pour le moins abandonné les hauteurs qu’il nous faisait fréquenter.

Kablammo ! n’est pas un mauvais album certes mais il sonne soit rebattu soit inspiré d’autres artistes ; The Killers à qui ils auraient pourtant pu en remontreravec « Hedonism ») ou Sum 41 sur « Shutdown » ou « Dispatch ».

Demeurent de rares titres « radio friendly » (« Let’s Ride, « Coccon »), pour le reste on ne pourra que constater l’indifférence que Kablammo! génère en nous.

**

1 juin 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire