Holly MIranda: « Holly Miranda »

La première chose que l’on remarque par rapport à son précédent opus, The Magician’s Private Library, est combien sur cet album éponyme la voix de Holly Miranda, à l’origine douce et mélancolique, est devenue plus pleine et présente qu’avant, un peu comme si c’était une nouvelle Holly Miranda que nous avions devant nous.

C’est une évidence sur un titre comme «  All I Want Is To Be Your Girl » qui cumule lamentation et instrumental rock insouciant et cela s’avère encore plus vrai sur les onze morceaux qui voient Miranda chanter à chaque fois en explorant un nouveau territoire.

Ce peut être sur un rock enlevé, l’électronica désinvolte de « Pelican Rapids » ou la ballade Motown « Everlasting ». Chaque obstacle est ainsi géré de voix de maître, avec style et grâce et une voix qui ne rugit que quand c’est nécessaire. Le volume n’a jamais été le modus operandi de Miranda et certains des plus beaux moments se gonflent en lame de fond plutôt qu’ils n’explosent comme sur « Heavy Heart ».

Écrit durant une retraite spirituelle à Joshua Tree, Holly Miranda nous présente une nouvelle Miranda sur un disque où la thérapie voisine avec l’aventure.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s