Twinsmith: « Alligator Years »

Alligator Years représente ce que peut représenter l’expansion expérimentale d’un groupe, Twinsmith en l’occurrence. L’album diverge du surf-rock fuzzy et brumeux pour lequel le combo était connu au profit d’un son plus pop et poli comme pour montrer ce que dont est capable le quatuor d’Omaha. Plus de feedback ou de garage rock, les ruminations sont ici lustrées et scintillantes.

Cette évolution fonctionne tellement bien pour eux qu’ils se permettent une petite aventure du côté de la New Wave avec « Constant Love » dont l’entame aux percussions rappellera « She’s Lost Control » de Joy Division avant que le composition ne se faufile dans une rythmique de qui donne la part belle à la pédale charleston, à des basses reproduites au synthé et à une guitare 80’s.

À l’autre extrême du spectre on trouvera guitares élégantes et lisses conjuguées à des percussions tropicales comme sur un « Haunts » très inspiré de Vampire Weekend.

Alligator Years montre que l’expérimentation peut revêtir diverses formes et que Twinsmith ne s’interdit rien à l’inverse de bien des groupes « indie » qui ont choisi la voie plus conventionnelle aujourd’hui de la psychedelia déjantée.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s