Everclear: « Black Is The New Black »

Parfois il suffit qu’un groupe de rock alternatif se reforme et il a fallu 18 ans à Everclear pour le faire et nous proposer un Black Is The New Black un album débordant de riffs si résonnant d’excellence qu’ils rendraient fous d’inspiration tous les adeptes de « air guitar ».

Le vrai défi, en vérité, serait d’écouter un tel disque et demeurer coi et tranquille à l’écoute de, au hasard, un titre comme « The Man Who Broke His Own Heart ». Si maturité nécessite un hiatus de 18 ans ; on peut se féliciter d’avoir accordé patience à Everclear qui nous fait nous immerger dans le passé (« American Monster ») tout en véhiculant ce côté éternellement dangereux que l’on peut éprouver en effeuillant chaque morceau de l’album.

Les mélodies sont magnifiques et le son résolument contemporain comme pour effacer toute barrière que l’on aurait pu dresser ces dernières années à propos de Art Alexakis et de son gang. Il suffit de passer en boucle un titre au hasard, pourquoi pas « This Is A Death Song » ?, pour saluer un retour d’autant plus prometteur qu’il a le bon goût de s’achever sur un « Safe » qui conclut l’album doucement, comme pour présager un nouveau départ.

****

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s