Olivia Chaney: « The Longest River »

Olivia Chaney fut très louée quand elle est arrivée sur la scène musicale voilà quelques années. Il est vrai que cette multi-instrumentiste a étudié au Royal College of Music et, qu’ayant pris le temps de sortir un véritable album, celui-ci ne pouvait être que peaufiné.

C’est en effet le cas dans le style dépouillé, à savoir piano et guitare, vocaux agiles (on la compare souvent à Joni Mitchell) et interprétations qui n’hésitent pas à emprunter au répertoire classique : « There’s Not A Swain » de Purcell ou des reprises néo-classiques elles aussi (« Waxwing » de Alasdair Roberts ou le traditionnel « The False Bride » ).

Ses propres compositions sont épurées, la chanson titre ainsi qu’un merveilleux « Kings Horses » et ses références qui vont du quotidien le plus prosaïque à Freud sont articulées sans être pesantes.

Ses accompagnateurs, surtout les violoncelles, connaissent bien Purcell et contribuent parfaitement à égayer son inclination folk de tonalités baroques, ce qui fait de The Longest River un « debut album » allant au-delà des espoirs mis en la jeune artiste.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s