Bill Fay: « Who Is the Sender? »

Y-a-t-il quelque chose de plus douloureux pour un artiste que d’enregistrer de magnifiques albums, être reconnu par certains de ses pairs et de ne rencontrer que l’indifférence générale ? C’est le cas pour Bill Fay, un singer-songwriter qui, en 1971 sortit un somptueux disque de folk psychédélique, Time of the Last Persecution, passa totalement inaperçu mais devint pour certains chanteurs comme Jeff Tweedy, Jim O’Rourke et Nick Cave, une référence qu’ils n’oublient jamais de mettre en avant.

Il opéra un retour en 2012 avec Life Is People, un titre qui véhiculait de manière exemplaire l’esthétique simple et le charme humaniste de son autour et, aujourd’hui, Who Is The Sender ? reprend cette même démarche en y apportant un questionnement encore plus cosmique.

Qu’il parvienne à faire coexister ces éléments fait partie de l’attrait qu’il exerce et cette approche se retrouve à nouveau dans les treize compositions que compte l’album. Celles-ci évoluent entre thèmes anodins et autres plus grandioses et semblent trouver leur point de fixation sur ceux qui cumulent les deux dans un même morceau qui serait imprégné de terre mais aussi d’existentialisme.

« The Geese Are Flying Westward » ouvre ainsi le disque sur un bruit qui se veut aussi appel à la méditation. C’est un éloge à ce que l’esprit prenne le dessus sur les sens, à se tenir coi et à prêtre attention au vide et à l’espace avec la voix râpeuse de Fay accompagnée d’un piano, d’un orgue Hammond et d’un fantastique son émis par une vielle.

« War Machine » va un peu plus loin ; c’est un « protest song » pointée contre l’énergie qui est si mal dépensée sur notre terre avec une imagerie (faucon, nature, machine de guerre) qui demeure héritée des années 70 qui l’on vu évoluer.

Cette procédure des seventies continue d’ailleurs à rythmer les morceaux. C’est une construction lente et patiente qui montre combien des artistes de type Bill Callahan ou Lambchop ont été influencés par lui. Fay prend son temps et mets ton son poids dans le phrasé et l’atmosphère, bien plus même que dans les mots, tout importants qu’ils soient. Un titre comme « Underneath The Sun » va traiter d’un sujet tout simple d’une manière qui n’a jamais été abordée ; la nature et les éléments qui la composent, le tout vu au travers de quelqu’un qui soit en phase avec elle et qui se montre sensible à la majesté que peuvent revêtir tous ses petits détails.

« How Little » va, à l’inverse, mettre en exergue l’intensité que Fay est capable d’apporter, mais celle-ci va se consumer lentement, en un crescendo fait d’une ligne mélodique circulaire, dont on attend un envol qui sera préparé par une guitare cuisante et un maelström de claviers qui vont allumer l’étincelle et nous incendier de manière intense et contemplative.

Malgré le calme qui en découle, demeurera un sentiment où règnera l’inconfort, cet inconfort qui reste la touche angulaire de la façon dont Fay articule son art.

Who Is The Sender ? est un album étourdissant, venu de la part d’un artiste qui, à 72 ans, n’a rien perdu de son génie et fédère bien des générations (Jason Pierce de Spiritualzied y fait même une apparition).

Bill Fay amorce donc ici un retour d’une manière qui nous fait réfléchir. Le contenu lyrique couvre l’existence, la nature et l’amour de manière précise. Ses réflexions sont interpellantes, évocatrices et nostalgiques tout à la fois. Elles ont été rédigées par un homme qui sait ce que l’on ressent quand on est connu et méconnu et qui a appris des hauts et des bas de la vie. C’est un album qui nous réjouit et où chaque notre a son importance et, à ce titre, c’est un cadeau pour tout amoureux de la musique qui mériterait un juste retour des choses.

****1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s