As It Is: « Never Happy, Ever After »

La sortie du « debut album » de As It Is, Never Happy, Ever After, est accompagnée sentiments contradictoires. C’est le premier groupe a britannique être signé par mais leur chanteuse, Patty Walters, a une notoriété discutée en raison de sa présence sur une chaîne de YouTube.

Le groupe utilise un second vocaliste, Ben Biss, ce qui donne à leur répertoire pop-punk une dimension moins unidimensionnelle qui les distingue de nombreux combos du même type. On y trouve, en outre, des influences de « emo rock » qui étayent les mélodies et les riffs accrocheurs de Never Happy, Ever After.

Côté pop on notera le « single » « Dial Tones » ou « Cheap Sost & Setbacks » ou « Can’t Save Myself » mais ces titres ont une densité qui pourrait les transformer en hymnes parfaits pour les concerts en plein air.

Le combo est capable de véhiculer le désir de communier (comme sur le très émotionnel « My Oceans » qui pourrait faire venir les larmes aux yeux des mndinettes) et c’est cette dernière qualité qu’on retiendra pour le moment.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s