Vetiver: « Complete Strangers »

On peut comprendre que Andy Cabic (le leader de Vetiver) compose également des musiques de films tant celle-cie est mélodieuse, texturée et rassurante au point d’accompagner aisément une ambiance en toile de fond.

On a tendance, en général, à ignorer ce type de musique mais, quand on écoute Cabic, se produit un phénomène intéressant et souvent gratifiant dans lequel on peut s’absorber sans arrière pensées.

Complete Strangers est le 6° album du combo et c’est, en l’occurrence, un véritable cas d’espèce. Il est plus émollient que son prédécesseur, The Errant Charm en 2011, et on retrouve à nouveau ici l’artiste travaillant avec Thom Monahan qui a oeuvré sur tous les disques de Vetiver. Le résultat est partiellement « ambient » comme surgi d’une brume (le groupe est de Sans Franciso et l’opus a été imaginé par Cabic alors qu’il marchait le long des rues de la ville) mais aussi en partie funky sur un mode « lounge » quelque peu rétro.

Le titre d’ouverture, « Stranger Still », débute lentement puis se fond en un crescendo luxuriant qui rappellera Talking Heads de par ses percussions et ses claviers étayés de cuivres qui vous rassasient avant de se désintégrer. Le morceau dure sept minutes et on ne les voit pas passer tout comme la guitare acoustique et les textures organiques qui s’imposent pour nous amener à l’introspectif « From Now On » le font en toute souplesse et fluidité.

Tout n’est pas pour autant constitué de vibrations positives. « Confiding » projette une ombre dance inquiétante et «  Backwards Slowly » est replet d’harmonies tordues.

Complete Strangers va ainsi multiplier les directions ; de la jangle pop sur « Loose Ends », du calypso avec « Time Flies » et la guitare de Devendra Banhart et une ballade imbibée de reverb projetant son humeur paresseuse et lasse dans « Edgar ».

Ainsi balisé est le terrain émotionnel sur lequel le disque se situe : il est bien épineux sous des dehors apaisants, tumultueux malgré son climat tranquille ; c’est un album qui s’écoutera plusieurs fois et révèlera à chaque fois de nouvelles subtilités, un opus indie folk qui sait s’adapter à la modernité.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s