Laura Welsh: « Soft Control »

Avec l’utilisation de sa composition « Undiscovered » dans la bande son de 50 Nuances de Gris on aurait pus s’attendre à ce que Welsh évoque ce que c’est que d’appartenir à quelque chose de contrôlé, de ferme et de discipliné. Ce « debut album » est pourtant un ensemble assez subtil, mûr et pétri de délicatesse. Nous sommes dans un territoire familier, celui de la soul-pop mais les talents vocaux de Welsh, la maîtrise dramatique de sa narration musicale et la qualité de ses textes fait de Soft Control un opus bien au-dessus d’une telle catégorie.

Le titre du disque semble indiquer en partie, une manière d’envisager les relations mais cela indique également l’habileté de la chanteuse à mettre en forme ses phrases musicales ce qui s’avère être sans aucun doute le trait essentiel de l’album. Sur la chanson titre qui est également la première plage, sa voix se craquèle, geint et frissonne avant de détonner dans un registre si puissant qu’il pourrait se répercuter dans tous les recoins d’une salle de concert en une évocation de ce que peut être la douleur d’une relation qui se meurt.

C’est un choix courageux d’en faire la chanson titre car elle nécessite qu’on soit particulièrement attentif au texte pour saisir un message qui pourrait être perdu tant la vois de Welsh est véloce. On trouvera les mêmes effets vocaux sur « Breathe Me In » où elle apporte une dramaturgie électrifiante alors que, à l’autre versant, la confession electro-pop d’un « Still Life » couturé de désir et « Hollow Drum » véhiculeront un climat de deuil à la rythmique hypnotisante.

On trouve également des titres plus appuyés ; « Break The Fall » affiche un chorus explosif pour une ballade dont on peut déplorer qu’il occulte les facettes plus nuancées que la chanteuse a à nous offrir et on pourra, en revanche, apprécier la participation de John Legend qui apparaît comme invité sur « Hardest Part ». Sa voix tremblante s’harmonise à celle, plus ondoyante, de Welsh.

D’une façon générale Soft Control, sans bouleverser le genre, aura eu le mérite d’établir des fondations solides ; c’est un disque chic et plein de soul, il ne lui manque plus qu’un peu plus de tranchant.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s