Marina and the Diamonds: « Froot »

Ouvrir un album sur une composition telle que « Happy » en dit long sur l’état d’esprit de Marina and the Diamonds. C’est un morceau dépouillé, accompagné d’un seul piano et des vocaux, qui semble vouloir à laisser se déverser les courants qui agitent l’âme de la chanteuse. En même temps, cest un titre que sa simplicité rend d’autant plus efficace tant un chorus comme « Finally ? I have found a way to be hay » sonne véridique et honnête. C’est une manière parfaite d’introduire Froot.

Si on regarde trois ans en arrière, Marina Diamandis était dans une toute autre situation ; son second disque, Electra Heart, était bichonné comme ça n’était pas permis et ressemblait avant tout à un pastiche d’émotions : le coeur brisé ou la prima donna, et elle semblait fin prête pour adopter la pause de la pop star dans toute sa splendeur et les défauts qui vont avec. Ce nouvel effort la voit, et c’est tant mieux, changer considérablement de braquet.

Les co-compositeurs ont disparu et, à leur place, elle a construit une structure de groupe plus conventionnelle mais dont l’effet est étonnant. Une guitare aux riffs funk donne vie à « Foot » et « Forget » nous offre une dynamique dans la dramatisation pleine de corps. Elle reste bien sur la figure prédominante du spectacle qu’est l’opus mais celui-ci est imprégné d’un feeling organique et d’un accompagnement musical qui lui conviennent beaucoup plus.

Ça n’est pas pour autant qu’elle se soit débarrassé de cette pop ludique et pleine d’accroches antérieure. Mais celle-ci est plus accomplie et, de ce fait, plus intrigante : « I’m A Ruin » est un titre plein d’élévation et d’emphase et « Can’t Pin Me Down » en est un autre exemple, rempli qu’il est de groove. Simplement, toutes ces références sont faites avec le clin d’oeil qui en dit long sur son interprète : c’est une artiste qui se veut non domestiquée, indifférente à l’attitude cool qui était la loi du genre et la nécessité de plaire à la foule. Marina and the Diamonds est passée du statut de pétasse bubblegum à celui de reine pop ; ce disque couronne cette ascension.

***1/2

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s