Andrew Combs: « All These Dreams »

Le « debut album de Andrew Combs Worried Man en 2012 avait suscité suffisamment d’attention pour que ce deuxième soit attendu et jaugé à l’aulne de la difficulté qu’il représentait, à savoir confirmer un talent qui avait été pressenti à l’origine.

All These Dreams est le disque d’un artiste doux à une époque où il est difficile de l’être et où un tel répertoire n’est pas assez conflictuel comme l’est le rock, ni commercial comme la pop ou rauque comme les fans d’indie peuvent le vouloir.

Première impression, un album qui rappelle le Harry Nilsson des débuts ; belles mélodies balayées par des arrangements à cordes savoureux au même titre qu’une voix qui semble avoir mêlé tabac et miel.

« Rainy Day Song » ouvre le disque avec cette tonalité un peu nostalgique que pourrait avoir un artiste ayant arpenté la scène musicale pendant 20 ans. C’est un vrai travail de songwriter avec une histoire, une mélodie, un chorus atemporel propre à vous rendre coi et à vous laisser vous embarquer confortablement en un voyage ajouré et plein de charmante désuétude.

All These Dreams est, en effet, démodé mais dans le sens où il s’agit d’un disque qui doit être écouté dans son intégralité et sans interruption et surtout sans être distrait par quoi que ce soit. Ainsi alors des morceaux comme « Pearl » et « Months of Bad Habits » feront fondre votre coeur comme des glaçons le seraient sous le soleil, comme des balises indiquant un chemin à travers la brume.

Combs s’est entouré de deux producteurs de Nashville à la renommée non usurpée : Jordan Lehning et Skylar Wilson s’y entendent à merveille pour mettre en valeur une voix et ils le prouvent encore ici tout comme les arpèges de guitare (Jeremy Fetzer) et la pedal steel du légendaire Stephen Cullum Jr. Encadreront le chanteur. S’il fallait, à cet égard, choisir un titre ce serait « Strange Bird », doux mais jamais sirupeux et ceci pas seulement par ce que le solo sifflé y est impressionnant.

All These Dreams est la preuve que les singer songwriters dotés de sensibilité et de délicatesse peuvent encore nous faire chavirer aujourd’hui.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s