No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Evans The Death: « Expect Delays »

Le deuxième album de Evans The Death commence pratiquement là où le premier, éponyme, s’était arrêté, « You’re Joking », un « closer » mélancolique qui semble avoir agi comme prédécesseur aux 30 premières secondes de l’introduction de Expect Delays, « Intrisic Grey ».

Après ce passage les guitares et la batterie entre en jeu et les vocaux de Katherine Whitaker se font moins délicats et se transforment en un hurlement de colère de la plus belle sorte. Quand elle vitupère sur le fait que rien n’est jamais suffisant on est amené à se demander si sa hargne est dirigée contre la société ou contre elle-même.

Si on compare ce disque à leur premier le groupe s’être encore plus aiguisé. Des titres comme « Terrified », avec ses habiles reprises aux claviers et sa basse funky, ou l’impétueux « Clean Up » paraissent policés mais ils ne sonnent pas pour autant plus joyeux. « Idiot Button » et cette déclaration douloureusement réaliste de type « I can’t explain the gap in my employment history » résonnera certainement aux oreilles de tous ces diplômés en quête d’un emploi stable, signe que, tout l’album étant de cette nature, n’importe qui pourra s’y identifier.

La cadence de Expect Delays demeure assez plaisante (« Bad Year », par exemple, est relativement réjouissant si on considère son titre) et, s’il est question de retard à attendre dans la dénomination de l’album, il s’agit vraisemblablement du temps qu’il faudra pour s’ajuster au disque. Ce n’est pas pochette en aquarelles de teintes pastel qui nous aidera à décrypter ce à quoi on est censé s’attendre ni la chanson titre ; il restera peut-être l’utilisation de « samples » de télévision et quelques excellents riffs de guitare pour nous indiquer vers quoi le groupe évolue sur ce deuxième album : des belles petites touches pour humaniser les diatribes.

Il faudra également avec le « single », le chant funèbre grungy qu’est « Don’t Laugh At My Angry Face » qui vient curieusement assez tard dans le « tracklisting » ou le plus calme « Don’t Beat Yourself Up » se terminant sur ce conseil de Whitaker : « Give yourself a chance », un avis qu’on peut adresser également au combo dans son ensemble.

***

8 mars 2015 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire

Lady Lamb the Beekeeper: « After »

Sur son deuxième album, After, Lady Lamb The Beekeeper (nom réel : Aly Spaltro) nous avons droit à un festival de mini-symphonies aux détails riches, parfois quotidiens (une tasse de café, une émission à la télé), parfois délicieusement surréalistes dans son évocation d’un Brooklyn improbable lieu servant de point d’ancrage, le tout servi par une voix magnifique et versatile, délicate et rude fragile et drue et des mélodies si inventives qu’elles dépassent le domaine de la pop ou du schéma « singer/songwriter ».

S’il fallait a comparer à des chanteuses ; on pourrait dire qu’elle cumule la rudesse écorchée de Neko Case et la sensibilité intelligente de Tori Amos dont elle semble emprunter dans son patronyme la référence aux abeilles. Elle y ajoute sa verve, presque enfantine, un petit côté déluré qui convient bien à ses compositions, bref une éclaircie dans un paysage de chanteuses qui paraissent ne faire que se morfondre ou ne jouer que sur leur capacité à nous émoustiller.

Chaque morceau est, ici, mémorable de part son instrumentation variée, des structures éclectiques et, par conséquent, des climats qui vont changer à chaque titre. L’ouverture de l’album, « Vena Cava »adopte une dynamique allant du calme au bruyant avec des textes qui semblent couler doucement et avec fluidité et des chorus imposants sur fond de guitares en fuzz et d’intensité rugissante ; la cadence même des vers se fait poétique et la musique sauvage et vibrante. C’est une introduction pleine de confiance ; une capacité qui ne se démentira pas tout au long de l’album et ceci quel que soit le registre choisi.

Dans l’ensemble le choeur de la musique de Shapiro est enraciné dans le folk, mais un folk qui n’a pas peur des guitares électriques (« Heretic »). Elle y ajoute une voix dont elle fait ce qu’elle veut (de la soul comme sur les percussions funky de « Spat Out Spit »), de la force, de l’émotion ou de la légèreté) comme une jeune personne qui se débarrasse de l’éducation semi-hippie qu’elle a reçue pour endosser celle d’une musicienne tranchante et d’un véritable talent.

On le vérifie dans l’intimité confortable qu’évoque le début de « Billions of Eyes » avant que les vocaux anthémiques de Spaltro ne lui succèdent déclamant des textes articulés et remplis d’observations ; on retrouvera cette même science lyrique sur les répétitions de « Violet Clementine » qui part d’un folk song d’origine russe chanté a capella et qui nous embarque très vite dans une véritable suite musicale faite de banjo, de cuivres, de tambourins et de mandoline. Que le tout soit réalisé dans une chanson faisant moins de cinq minutes en dit long sur les capacités de Lady Lamb.

Dans un registre plus dépouillé on ne pourra qu’être confondu par la beauté désolée de « Sunday Shoes », une guitare acoustique, une voix de soie, des textes hérités de contes de fées et du Grand Méchant Loup et un final à vous fendre le coeur et vous couper la respiration : «  you will become your most favorite color » dit-elle pour évoquer la mort.

Mëme émotion ténébreuse sur « Dear Arkansas Daughter » et des vers comme «  My heart is full of swords »hérités d’une vision dont on imagine la provenance et, enfin un saisissant « Ten » où elle se montre capable de créer un moment d’émotion sans avoir besoin de l’instrumentation d’un groupe.

After est un sacré disque ; il se montre parfois ludique mais tout autant sérieux, articulé sans être pesant et impressionniste sans se faire trop cryptique. On découvre une artiste dont la sensibilité n’est jamais prétention, une personne pour qui l’explorer ne consiste pas à se regarder le nombril ; bref ce « sophomore album » est cohérent et honnête, arty et accessible, gage qu’on a pas fini d’entendre parler de Spaltro, si, bien sûr, il est permis d’émettre un souhait.

****1/2

8 mars 2015 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire