Steve Gunn & The Black Twig Pickers: « Seasonal Hire »

Steve Gunn et The Black Twig Pickers sont deux talents jumeaux qui opèrent à la lisière de la musique folk américaine. Ils sont séparés par la distance mais ils partagent une approche similaire, une attitude de rébellion contre les principes et la tradition qui encadrent le genre.

Seasonal Hire est un album d’un extrême intensité et il parvient à faire coaguler ensemble les tonalités des deux artistes respectifs et d’en faire un ensemble cohérent et particulièrement intoxicant. Les lignes de guitares de Gunn sont rondes, favorisant la méditation en passant d’un morceau à l’autre alors que The Black Twig Pickers parviennent à y greffer des tonalités bizarres et tordues héritées de leur démarche plus originelle en matière d’époque.

« Dive For The Pearl » ouvre l’album de manière radieuse et vibrante avec de très belles nappes de guitares qui semblent éclabousser une guimbarde nous faisant imaginer sans efforts des champs de blés ou de maïs, une cascade ou une carriole tirée par des chevaux dans un verger du Mid-West.

L’atmosphère est parlante et soutenue tout comme sur « Trailways Ramble » où les vocaux de Gunn transfigurent une composition qui aurait pu tourner au larmoyant tout en parvenant à maintenir un esprit pastoral et rafraichissant. « Don’t Let Your Deal Go Down » nous emmènera vers le « blue note », alors que, au contraire, « Cardinal 51 » utilisera à merveille l’espace, le vide et le silence comme moyens de véhiculer une humeur.

La chanson titre nous présentera une épopée longue de 18 minutes dont l’ambition de capturer la dérive du temps qui passe est parfaitement capturée grâce à une production en analogique et un son naturel, prolixe en craquelures.

Gunn et The Black Twig Pickers se montrent respectueux de la tradition mais ils ne s’en sentent pas prisonniers. L’interprétation permet aux morceaux d’évoluer de façon exponentielle tout au long d’un opus dont la vision ne cesse de s’élargir. Seasonal Hire est un disque fascinant, vintage et moderne à la fois, les (p)artisans de l’un comme de l’autre y trouveront matière à contentement.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s