Ghostpoet: « Shedding Skin »

Entre hip-hop, soul et poésie, Obaro Ejimiwe promène une vision urbaine ayant essuyé des tempêtes mais semblant avoir enfin trouvé la paix. L’artiste est une sorte de troubadour à la musique fluide, toujours fier de ses racines mais dont le son nocturne qui signait l’empreinte Ghostpoet se dissipe tout en conservant la vigueur de son accent cockney.

Shedding Skin n’a pas abandonné les ruminations monosyllabiques et insomniaques qui ponctuent ses observations brutales mais sensées, comme le titre de l’album l’indique, Ejimiwe opère sa mue et l’installe dans un poste où il fait désormais figure d’orateur excentrique. Ejimiwe fait du rock en quelque sorte, par opposition au radar pop dans lequel il aurait été aisé de l’enfermer.

Pour faire allusion une nouvelle fois au titre, Shedding Skin nous offre un son dépouillé appuyé sur une instrumentation de guitares, pianos et percussions forte mais accommodante. L’electronica psychédélique est toujours là ; « Peanut Butter Blues & Melancholy Jam » ou « Finished I Ain’t » et « Liiines », « Some Say I So I Say Light » ou encore « Plastic Bag Brain » ainsi que « Meltdown ». L’ensemble se fond graduellement et naturellement et il offre une ossature solide et spectrale aux bruits crépusculaires perçants qui nous proposent une alternance d’atmosphères d’acceptation calme et de colère.

Le rythme, lui aussi, a pris une certaine ampleur, progression normale pourrait-on dire. Il apporte une plus grande flexibilité de par sa versatilité ; le résultat est un climat fait d’humilité et de lassitude où l’autorité à peine à se faire place. C’est ce jeu entre des climats où l’opposition est reine qui donne virilité à Shedding Skin, une confiance héritée de cette confrontation de contrastes grâce, en particulier, à des narrations féminines qui introduisent les plages.

« Be Right Back, Moving House » sera même touchant dans la mesure où le chanteur prendra en compte sa vulnérabilité, « Yes, I Helped You Pack » imposera perturbation à fleur de peau, et « That Ring Down the Drain Kind of Feeling » nous y fera presque plonger. Ce sont trois titres qui exemplifient à merveille les humeurs d’un disque qui nous fait errer là où tout est entre chien et loup.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s