Noel Gallagher’s High Flying Birds: « Chasing Yesterday »

Si le premier album solo de Noël Gallagher sous le nom de High Flying Birds pouvait être perçu comme une extension des dernières années de Oasis, son « follow up » , intitulé de façon très appropriée Chasing Yesterday, fait vraisemblablement référence aux jours glorieux du groupe. On ne peut échapper d’ailleurs à l’impression que le disque a été enregistré durant les mid 90’s et, en raison de cette perpétuation sonique, ce qui va ressortir est que Gallagher n’est pas dans un mode de désir d’évolution mais plutôt de mise en forme et d’affirmation de sa propre identité.

Alors que son album éponyme semblait parfois s’éloigner des sentiers battus et lui permettait d’assumer le fait d’être devenu un artiste solo, celui-ci procure le sentiment que Gallagher est désormais dans l’acceptation de ce qui le constitue, ses forces mais aussi ses limites. Il est vrai qu’il a désormais 47 ans et qu’il est temps pour lui de prendre en compte ce qu’il est capable de faire au mieux (suites d’accords symétriques, structures des compositions simplistes et textes quelque peu légers) tout en y apportant une dose d’inédit comme les hymnes garage bluesy que sont « In The Heat of The Moment », « The Mexican » ou « The Ballad of the Might ». Ces deux éléments, tout disparates qu’ils soient, accentuent ce que Gallagher sait le mieux amener : mélodies qui durent et riff qui accrochent.

Un dose de créativité se fera pourtant jour ; des arrangements jazzy et des rythmes en cascade sur « Riverman » et « The Right Stuff », des ballades remarquablement équilibrées et stables comme « The Dying of LIght » et « While Tthe Song Remains The Same », le tout donnant la sensation que l’âge à permis à Noël d’acquérir une certaine autonomie et à réaliser un album qui, par moments, indique qu’il est capable de faire autre chose que ce qu’on attendait de lui, ou plutôt de faire précisément ce qu’on attendait de lui.

Gallagher a eu sa part de heurts eu égard à la nature belliqueuse de Oasis ; on peut comprendre qu’il soit désormais blindé contre les critiques et qu’il ait désormais confiance en sa propre authenticité plutôt qu’en un groupe qui avait excédé sa longévité. Sur Chasing Yesterday, il y est parvenu et il a même réalisé un plutôt bon album.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s