Moon Duo: « Shadow of the Sun »

Il est une démarche chez certains artistes qui est de n’utiliser qu’une palette réduite d’instruments et d’idées pour toucher de plus près à la substance de leur créativité, sans atours ni affectation, et c’est une méthode sur laquelle beaucoup se sont cassés les dents. Moon Duo et le chanteur vocaliste de Wooden Shjips, Ripley Johnson s’y sont toujours employés et, la plupart du temps, ils y sont parvenus.
Sur ce quatrième opus qu’est Shadow of the Sun, Moon Duo reprennent les accroches répétitives et mélodiques de Circles et les emmènent vers un endroit plus sombre et en même temps plus cotonneux. Il y a, en effet, une densité sonique qui vire à la claustrophobie même si, quelque part, on a en même temps l’impression de prendre part à un effort qui vise à nous transporter en un voyage interstellaire.

Pour cela, les claviers de Sanae Yamada assure la coloration sonique d’une manière emphatique dans la plupart des cas comme sur le garage rock gothique de « Zero » et « Free The Skulls » et leurs drones d’orgues psychédéliques ou avec un « In A Cloud » dont les plages nuageuses éveillent en nous les merveilles oniriques de la meilleure dream-pop.
Johnson y intègre parfaitement la notion que les vocaux ne sont qu’une partie de ce puzzle que constitue une composition et s’emploie à en faire des éléments faisant partie d’une texture sonore et non pas un appendice séparé d’autres instruments.
Ce qui fait de Shadow of the Sun plus qu’un exercice de style est la sensibilité pop qui se dégage de certains titres ; à cet égard « Slow Down Low » pourrait aisément passer pour un titre rock and roll si on n’y trouvait pas des références à Suicide et au krautrock pour filtrer l’ensemble.
Au final, l’album effectue un grand écart entre musiques fantomatique et world qui, toutes deux, travaillent sur la répétition hypnotique de certaines phases. L’une se veut exempte de procédés chimiques, l’autre s’inscrit dans une autre démarche mais toutes deux ont pour objet d’induire en notre conscience une autre perception des choses. Même si le procédé demeure un recyclage de processus déjà explorés, il est presque salutaire de vouloir remettre le passé en phase avec un aujourd’hui pour qui ce procédé n’est pas nécessairement une calamité.
***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s