Eternal Tapestry: « Wild Strawberries »

Eternal Tapestry ont décidé de se retirer dans une cabane reculée de l’Orégon pour s’acclimater au climat qui allait présider à l’enregistrement de leur dernier album. C’est là qu’ils ont passé heure après heure en interminables jam sessions et compositions qui ont donné naissance à ce double album, Wild Strawberries.

Il est évident que cet environnement rural a inspiré le disque puisque la plupart des titres portent des noms de plantes et de fruits de la région. L’approche est d’ailleurs plus détendue, pastorale et une grosse partie des morceaux dépasse les 10 minutes. L’immersion que s’est imposé le groupe n’aura pas été inutile car ce sont les passages les plus réussis du disque.

Les improvisations ont cette légèreté proche de l’euphorie qui se traduit par des répétitions de phrases et une utilisation intensive des pédales d’écho. Les vocaux, eux, reçoivent un traitement propre à celui du shoegaze, identique à ce que serait une version plus douce de Spacemen 3 ou The Telescopes. La guitare se fera, par moments, plus appuyée (sur « Enchanter’s Nightshade » par exemple) mais dans l’ensemble le son restera adouci et agréable à l’oreille.

Cette humeur nous permet de mieux imaginer les paysages imaginaires que nous proposent « Lace Fern » ou « Pale-Green Sedge » guidés par des riffs qui nous entraînent vers des directions imprévisibles. Le morceau le plus travaillé sera « White Adder’s Tongue », un titre permettant aux claviers en sustain d’être en charge de sa progression épaulés par des touches de guitare grattée et qui semble être née d’une erreur. Peu à peu la composition va évoluer à partir d’une recette stéréotypée pour se transformer en une expérience qui va nous absorber sous des loops de claviers et des percussions énergiques avant que la climax n’intervienne sous la forme de cuivres qui, ensuirte, vont disparaître en fade out.

Cette fin sera d’ailleurs frustrante d’autant plus que le majeure partie des plages se terminent aussi abruptement. Ce sera le seul point d’achoppement de ce disque policé et dont la suspension brumeuse sera aussi brutalement interrompue.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s