Tigercats: « Mysteries »

Tigercats sont un combo indie-pop londonien dont le premier album, Isle of Dogs, avait été assez bien accueilli. Mysteries suit donc et il dévoile une atmosphère plus laidback que la tonalité enlevée du précédent. On sent que, avec une signature sur le label Fortuna Pop !, le groupe a mis grand soin à façonner un disque qui semble avoir pour obsession le fait d’éviter l’écueil du toujours problématique « sophomore slump ».

Mysteries témoigne d’un flair indéniable à nous prodiguer des mélodies compactes et tendues nourries de lignes de basse accrocheuses et instantanées. Cette formule n’est pas gratuite car The Tigercats veulent que nous soyons témoins de leur itinéraire et souhaitent nous faire partager tout un éventail d’émotions qui sont au coeur de leur vécu.

Le disque commence sur un « Junior Chapman » qui sonne comme une bouffée d’air frais soufflant sur la scène indie-pop. Indéniablement le groupe a maturé en termes musicaux également (sans doute grâce à la participation du guitariste de Allo Darlin’ Paul Rains). Certaines compositions, comme « Laura & Cesar » seraient idéales pour une session « chill out » alors que d’autres, comme « King Vic », sont parfaites pour nous faire dodeliner de la tête. Le tout forme un album bien tourné avec des plages qui se chevauchent sans à-coups et qui, sans doute parce que Mysteries est autobiographique, véhicule une vibe partiellement burinée.

Avec les voix du « lead vocalist » Duncan Barrett et de Laura (claviers) qui s’entrelacent sur certains titres on perçoit combien les deux parviennent à se complémenter en termes de tonalités. Sur « Laura & Cesar » et « Sleeping in the Bacskeat », c’est Laura qui assure les vocaux principaux et elle apporte, à cetr égard, un changement rafraichissant à ceux, grinçants, de Duncan.

Ce dernier titre est également le « single » de l’album et il narre ces moments de tournées où l’objet d’amour vous manque et il est très rapidement contrasté par un « So Haunted » et son riff accrocheur qui sera le pendant du premier « single ».

Mysteries se conclura sur un « Wendy and Lisa » délicatement sombre qui exemplifiera un nouveau son, désormais plus accompli. Sans aucune plage qu’on puisse qualifier de faible il est clair que le combo a gagné également en confiance et qu’il se sent prêt à aller plus loin. L’album nous laisse sur une sensation plaisante semblable à celle que vous avez quand un album vous semble complet.

***1/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s