Rapid Talk: Interview de Prima Donna.

Ils sont punks ou, tout simplement, rockers ; toujours est-il que Prima Donna fait partie de la scène du Sunset Strip de Los Angeles depuis 2003. Ils y ont injecté depuis un peu de « glam » et leur nouvel album, Nine Lives And Forty Fives, ne nous fait pas mentir à cet égard. Ils sont, une fois de plus, prêts à tourner, peut-être même en Europe où leur chanteur/guitariste Kevin Preston étendrait bien à nouveau son rayon d’action.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Nous fréquentions les mêmes réceptions et allions aux mêmes concerts à Los Angeles. J’avais composé des titres qui sonnaient comme une rencontre entre The Sonics, The New York Dolls et X-Ray Spex. Je savais que j’avais besoin d’un batteur et d’un clavier. J’ai croisé David S . Field (batterie) et Aaron Minton (saxo, claviers), ils convenaient parfaitement.

Vous avez quitté les légendaires The Skulls pour former Prima Donna ; qu’est-ce que ça vous a fait ?

Ça n’a pas été évident de me séparer d’eux mais j’avais commencé quelque chose avec Prima Donna et je savais que je ne pouvais pas assurer les deux.

Nine Lives And Forty Fives a été enregistré en Italie et à Los Angeles ; comment cela s’est-il goupillé ?

Quelques morceaux ont été travaillés au studios Real Sound à Milan mais la plupart l’ont été au Kitten Robotà Los Angeles à des moments différents car nous tournons beaucoup. Je me sens beaucoup plus à l’aise pour les vocaux quand je suis à Hollywood aux studios Tone Duff et la grande majorité y a donc été enregistrée.

Vous tournez constamment depuis des années et avez partagé l’affiche avec des grands noms du rock et du punk. Comment compareriez-vous une tournée avec Green Day si on considère vous débuts plus discrets ?

Notre premier tour en Europe a eu lieu en 2005 avec Texas Terri. On était encore des mômes ; on a déconné grave, bu beaucoup et tout ce qui va avec. Rien ne vous aurait supris d’autant que, durant les concerts, l’audience était toujours très près de la scène. C’était stupéfiant mais génial car ils ne voulaient pas nous laisser quitter la scène tant qu’ils n’avaient pas eu la totale. C’est grâce à cela et à Texas qu’on a appris les ficelles du métier et à faire les choses comme elles se devaient d’être faites.

Vous pensez faire quelques concerts avec The Skulls à nouveau ?

On s’est retrouvés il n’y a pas très longtemps pour animer quelques « parties ». C’était assez « fun » et le temps n’a pas semblé avoir de prise sur nous car on a renoué très vite le lien musical On fera sans doute un « reunion tour » cette année.

Vous jouez aussi dans le projet alternatif de Green Day, Foxboro Hot Tubs. Comment les choses se passent-elles ?

On a fait quelques concerts pour le SXSW. Depuis 2008, on se retrouve chaque année pour faire au moins un spectacle. C’est toujours un moment super car ce sont des shows spectaculaires et sauvages où on arrive toujours quand on ne nous attend pas.

Et dans l’immédiat, quels ont vos plans ?

Repartir sur la route, c’est toujours notre priorité. On va aller à Sundance pour l’édition 2015 et avons quelques shows de prévus avec The Dictators puis quelques projets pour l’Asie et Londres. On aimerait aller aussi en Amérique du Sud. On existe pour jouer « live » ; on se détermine toujours par rapport à ça. Il n’y a pas mieux que de voir le monde à travers les yeux du rock and roll !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s