Danny Kroha: « Angels Watching Over Me »

Depuis le milieu des années 80, Danny Kroha fait partie du paysage de la scène musicale de Detroit. Que ce soit en tant que leader de groupes garage-punk comme The Gories à avec un trio de « party rock » Danny & The Darleans. Avec ces combos ainsi que d’autres il s’est bâti une réputation grâce à une approche de la composition viscérale et des performances « live » diaboliques. Il est en outre doté d’une voix unique et d’un jeu de guitare qui donne l’impression qu’il transforme en or tout ce qu’il touche.

Angels Watching Over Me est le premier disque qu’il sort sous son propre nom, mais ça n’est en rien un véritable « debut album » eu égard à sa longue carrière. Tout au long de ces 16 plages, Kroha se tourne vers une musique plus « roots », le folk, le blues et le gospel, la plupart des morceaux étant tirés du domaine public et interprétés avec cette patte rocailleuse qui définit ses penchants vers le rock.

Le côté americana se verra mis en exergue avec une intsrumentation traditionnelle (basse washtub, dulcimer, banjo, harmonica et une guitare à une corde nommée « diddly-bow ») et des procédés d’enregistrement rudimentaires. La plus grande partie du disque est capturée « live » avec un seul micro pendant des sessions intenses effectuées dans une maison vide.

Plutôt que de s’efforcer à véhiculer une climat vintage artificiel, les chansons sont interprétées de manière directe avec une voix qui semble avoir subi les assauts du temps. Les standars du blues sont récités comme en drone (« Before This Time Another Year », « Walking Boss ») mais avec une tension toujours sous-jacente alors que des passages plus enlevés comme « Rowdy Blues » font preuve d’une énergie qui se refuse à tout raffinement.

Lma seule composition originale sera « Run Little Children » une diatribe bluesy débordante où une électricité sinistre empruntée à Howlin’ Wolf perce comme libérée. Bien qu’éloigné de la puissance sonique de ses autres productions, la présence de Kroha permet d’édifier allègrement un pont entre ces sélections folk-blues traditionnelles et les générations de rockers qui s’en sont inspirés. C’est un disque captivant et utile ne serait-ce que pour alimenter notre devoir de mémoire musicale.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s