The Dodos: « Individ »

The Dodos se sont toujours distingués par un mélange désarmant mais plaisant de climats sucrés et salés . Les idées rythmiques y sont complexes mais elles entourent des lignes mélodiques très simples qui sont, à leur tour, enrobées de dissonances inattendues.

L’instrumentation est basique mais elle est étendue de manière à remplir les espaces dans les enregistrements mais aussi durant leur live shows. La voix de Meric Long possède un charme calme et presque paresseux alors que les percussions de Logan Kroeber interviennent avec une précision pointue. Le résultat est plus grand que la somme de ce qui le compose même si indubitablement c’est le rythme qui est au coeur du son des Dodos.

Avec Individ, le duo revitalise un format plus brut et un esprit cinétique qui référence leur Visiter de 2008. On ne peut toutefois parler d’agressivité ans la mesure où cet appui sur la distorsion et le niveau des vocaux de Long demeure très proche de l’instrumentation ce qui donne une tonalité constante et consistante à la majeure partie de l’album.

Individ s’ouvre sur une guitare qui résonne comme un signal d’alarme et se termine sur un élan très percutant. Entre ces deux pôles, rien n’est aussi défini. Chacune des chansons cointient des éléments qui sont du Dodos per se, mais le disque sonne quelque peu brouillé. Ce peut être dû à des mélodies moins aventureuse mais aussi au fait que aucun des éléments qui les compose ne s’élève véritablement. Le résultat en est un opus qui se révèle être avant tout un mur de son en mouvement avec des guitares moins joueuses et des vocaux dont la dynamique ne s’exerce pas au-delà de quelques harmonies.

Mëme si l’équilibre sonique penche vers le sucré, Individ demeure un album dont on ne pourrait douter de qui sont ses auteurs. Les signatures temporelles rythmiques, les mélodies légèrement imprévisibles, le son « noisy » mais précis sont toujours là, mais en doses plus mesurées. Peut-être, pourtant, est-ce tout le sous-entendu qui jalonne Individ qui sera une indication précise de ce qui s’avère pour The Dodos une méditation sans prétendre être un tour de force.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s