Alasdair Roberts: « Alasdair Roberts »

Que ce soit ici le huitième album de Alasdair Roberts pour Drag City en dit long sur le riche filon de ballades folk qu’il a exploité depuis le début de sa carrière. Qu’il ait été, sur la même période, épargné par le « crossover » et le succès qu’il aurait pu amener est un autre marqueur signifiant que ce chanteur écossais natif de Stirling restera, selon toute vraisemblance, un artiste auquel on ne prendra goût que peu à peu et avec une infinie patience.

Au fil des ans, le folk s’est dilué mais pas en ce qui concerne Roberts ; il interprète des ballades desséchées parlant de margoulins, de tisserands, de prétendus devins et de ce qui accompagnait souvent leur destin ; à savoir la pendaison et la potence. Tout comme le musicien Dick Gaughan, compatriote de Roberts, chantera les mérites du prolétariat, Roberts lui tournera notre attention vers des choses plus prosaïques comme une moisson insuffisante et les implications que la venue de l’hiver annonce.

Dans ce cas aussi, la musique est macérée dans ce qu’on nomme honnêteté et authenticité. Sur cet album éponyme sa voix est devenue ténue se fait plus prononcée, parfois sous forme d’une plainte à peine prononcée, parfois avec un accent empli de tension, parfois enfin épousant la lamentation d’une personne en détresse.

Outre la voix, la narration est également exemplaire, la musicalité, la pureté et la crédibilité de Roberts ne souffrent aucun doute. Les compositions sont une floraisons qui n’évite pas la robustesse dans ses récits d’amour et de perte comme pour mettre en avant une austérité toute puritaine et traditionnelle également dans ses textes.

On se demandera alors si ces morceaux sont faits pour nous distraire (on ne peut dire égayer) ou pour être écoutés comme des sermons d’église puis ensuite digérés et emmagasinés. Le titre d’ouverture, « The Way Unfavoured » sera aéré mais « Hurricane Brown » résonnera de ses cordes solennelles alors que « This Uneven Thing » baignera dans la joliesse. Ces trois chanson exemplifieront à merveille la versatilité de Roberts mais surtout cet art de la composition hors du temps et des modes qui demeurera toujours emblématiques de sa solidité.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s