No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Chris Forsyth & The Solar Motel Band: « Intensity Ghost »

Après avoir sorti récemment l’excellent Solar Motel, Chris Forsyth a formé un groupe pour jouer son répertoire sur scène. Il devint très vite clair que The Solar Motel Band faisait plus qu’accomplir sa fonction d’accompagnement et que les musiciens ainsi réunis avaient trouvé un équilibre parfait entre la dynamique affutée comme un rasoir de Televison et les penchants cosmiques du Grateful Dead.

Ce nouvel opus, Intensity Ghost, est leur premier disque en studio et il crépite d’énergie. C’est un paradis pour les amateurs de guitares pures et sans frivolités, une relecture du classic rock dans ce qu’il a de meilleur.

À l’inverse de la longue suite nommée Solar Motel, le disque est fait de cinq compositions bien distinctes, chacun mettant en valeur l’habileté de virtuose et la versatilité de Forsyth, du bassiste Peter Kerlin , du guitariste Paul Sukeena et du batteur Steven Urgo, le tout enrichi par les riches palettes aux claviers de Shawn Hansen.

L’interaction entre les musiciens est tout bonnement stupéfiante, il n’est que de constater ce qui se dégage de l’ouverture, un « The Ballad of Freer Hollow » de plus de dix minutes allant d’une jam où Richard Thompson collaborerait explosivement avec The Who avant de se terminer abruptement avec un final tempétueux. À partir de là, « Yellow Square », un boogie injecté de morphine et de slide guitare prendra le relais en nous rappelant les Stones à leur période Exile on the Main Street dans ce qu’elle avait de plus menaçant. La ligne de guitare descendante de « I Ain’t Waiting », dans son rappel de « Marquee Moon » montrera que Forsyth sait se faire aussi dramatique que les meilleurs et la chanson titre nous assommera par son démarrage vicieux, ses riffs No Wave avant de se développer dans une gloire furieuse et déchiquetée rappelant Crazy Horse.

Enfin, l’élégiaque « Paris Song » clôturera l’affaire en beauté dans un climat nous rappelant Lou Reed, ce même Lou Reed qui déclarait «qu’on « ne pouvait faire mieux que deux guitares, une basse et une batterie ».

****

 

9 janvier 2015 - Posted by | Chroniques du Coeur, Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :