His Name Is Alive: « Tecuciztecatl »

His Name Is Alive est le projet issu du cerveau de Warren Defever, un natif de Detroit, qui a exploré de nombreux terrains musicaux après une carrière de 30 ans faite de 13 albums et de plus d’une cinquantaine de productions diverses.

Après avoir tâté de textures éthérées en loops, de la pop baroque, des pastiches influencés par les Beach Boys et des sensibilités hendrixiennes, le cryptiquement nommé Tecuciztecatl va enrichir l’esthétique de His Name Is Alive tout simplement parce qu’il s’agit de quelque chose qu’ils non’ jamais fait auparavant.

Nous avons affaire ici à un album de psyche-rock on ne peut plus sombre et qui a jeté par dessus bord la pop légère et souple qui infusait Xmmer ou Detrola tout en gardant les tropes « classic pop » tordues qui ont fait de Defever un artiste toujours aussi vital depuis plus de 20 ans.

Tecuciztecatl est un opéra rock psychédélique,par conséquent un « concept album » qui utilisera le procédé de la narration, ici des jumeaux, pour explorer les racines des luttes de pouvoir, de la dialectique entre domination et soumission et des dynamiques qui entrent en jeu ainsi.

C’est une lutte épique entre les deux personnages, entre le Bien et le Mal, dont le miroir sera la science et la mythologie, le secret et le sacré, le profane et le spirituel.

Le titre d’ouverture, « The Examination », va ainsi introduire le diptyque qui sera le schéma présidant au disque. On y trouvera des guitares qui oscilleront entre le grinçant et le sinueux, les vocaux placides mais somptueusement élevés de Andrea Morici, une six corde qui vous lavère (Dusty Jones) et des percussions minimalistes (John Rowe).

Le tout véhiculera donc un parfum schizophrénique : combustif quand Morici parle du jumeau dominant (« I will consume you/ You will be a part of me/ You’ll be reflected)mais aussi vulnérable, par exemple sur « I Believe Your Heart Is No Longer in This Room » et des vocaux fragiles qui roulent et égrainent : « Stories told in reverse/ But I pushed you out first ».

Pour s’efforcer de ne pas être didactique, le disque est nuancé par un humour souvent macabre tranchant ce qui est trop gravement sérieux et accompagnant une frivolité ludique.

Cette juxtaposition qui donnera intérêt à un album balançant entre deux humeurs ; c’est également cette volonté de ne pas choisir entre les deux visions proposées qui maintiendra intérêt pour un artiste jamais à court d’idées et questionnement sur des idées qui ne devraient jamais cesser de nous agiter.

***1/2

Une réflexion sur “His Name Is Alive: « Tecuciztecatl »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s