Sterling Roswell: « The Call Of The Cosmos »

La dernière chose qu’on serait en droit d’attendre d’un ancien Spaceman 3, en particulier du batteur responsable de la rythmique façon métronome qui a jalonné leur œuvre, est un album sui semblerait pasticher The Flaming Lips. C’est pourtant ce que Sterling Roswell nous propose ; quelque chose à combustion lente, une excentricité à moitié « ambient » dans laquelle il est parfois difficile de discerner la signification et surtout la source des compositions.

The Call Of The Cosmos peut toutefois être divisé en deux parties. Vous avez les chansons pop qui glissent joyeusement sur une vague comme le titre d’ouverture, un « Give Peace Another Chance » qui partage le même charme que le morceau de John Lennon ; mais on a droit également à ces expérimentations strictement réservés aux « musicos » comme « Time Is Of The Essence » et beaucoup d’autres ou, pour être honnête, rien ne se passe véritablement hormis quelques jolis bruits ici et là. Ce sont des moments tranquilles, rappelant Yosimi Battles The Pink Robot des Lips, mais avec moins de coeur.

 

Les passage où les deux fonctionnent sont ceux où ils entrent en collision : « The Girl From Orbit In Dub » est un un excellent exemple avec son climat onirique baigné de délicieuses mélodies et de sons space rock délirants. C’est tout simplement une belle composition qui montre à quel point la pop et la psychedelia peuvent cohabiter et fusionner. Ce titre transcende les genres et l’album et il est dommage qu’il n’y en ait pas d’autres.

« Tripmaker » en est le contre exemple absolu tant il bouleverse le flot tranquille du disque dans son effort de canaliser l’énergie qui habitait le groupe précédent de Sterling. C’est un titre garage rock débridé nous rappelant que nous avons affaire à un musicien qui n’a pas peur d’entrelacer les divers éléments ce qui est, peut-être, la vision future qu’a Roswell de sa production. Il est devenu un artiste porté sur expérimental, attentif à ce que son travail peut avoir de complaisant ; il n’en demeure pas moins que The Call Of The Cosmos est un opus certes plaisant, mais aussi inégal et lacunaire.

***

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s